Appareil génital feminin, organes genitaux reproduction sexe

Anatomie de la femme

Les organes génitaux

internes de la femme inclus le vagin, l’utérus, les gonades et les trompes. Les organes génitaux externes de la femme sont les organes visibles c'est-à-dire la vulve qui comprend les deux paires de localisées de part et d'autre du clitoris et de l'ouverture du vagin (figures), le clitoris et l’hymen. Les gonades femelles, nommés ovaires, se situent dans la cavité pelvienne de chaque côté de l'utérus. Chaque ovaire (homologue des testicules mâles) est enveloppé d'une capsule protectrice résistante (albuginée fibreuse) et renferme des follicules. Chaque follicule se compose d'un œuf immature, appelé ovocyte, encerclé de plusieurs couches de cellules folliculaires qui nourrissent et protègent l'ovocyte en développement. Seuls certain d’entre eux évolueront en ovules après maturation.
vagin
uterus sexe de la femme

La femme possède plusieurs millions de follicules ovariens dès sa naissance, mais seuls 300 ou 400 d'entre eux parviendront à maturité. Le follicule contenant un ovule mature est appelé follicule De Graaf. A partir de la puberté et à chaque cycle menstruel, en moyenne tous les 28 jours un follicule (plus rarement deux ou plusieurs) arrive à maturité et libère son ovocyte : c'est l'ovulation. Les cellules du follicule sécrètent aussi les œstrogènes, c'est-à-dire les hormones sexuelles féminines les plus importantes mais aussi des hormones mâles comme la testostérone. Au cours de l'ovulation, l'ovocyte est expulsé du follicule (qui ressemble à un petit volcan), puis un corps jaune se forme. Le corps jaune produit une nouvelle hormone : la progestérone (hormone essentiel de la grossesse) et une certaine quantité d'œstrogènes. En cas de non-fécondation, le corps jaune se flétrit entraînant avec lui une baisse de la sécrétion de la progestérone et finalement l'apparition des règles correspondant au début d'un nouveau cycle, puis un nouveau follicule arrive à maturité au cycle suivant. L'ovocyte est libéré dans la cavité pelvienne près de l'ouverture de la trompe de Fallope. Cette ouverture a une forme d'entonnoir, et les cils de l'épithélium interne de la trompe facilitent le mouvement de l'ovocyte en aspirant le liquide de la cavité corporelle dans la trompe. Les battements des cils de l'épithélium et des contractions péristaltiques transportent aussi l'ovocyte depuis les ovaires jusqu’à l'utérus. Une femme qui n'a jamais été enceinte a un utérus qui mesure environ 7 cm de longueur et 4 ou 5 cm à l'endroit le plus large, c’est un organe épais et musculeux qui a à peu près la forme d'une poire à l’envers. Grâce à la disposition très particulière des muscles qui tapissent la plus grande partie de la paroi utérine, l'utérus peut se détendre assez pour contenir un fœtus.

L'orifice étroit de l'utérus

, appelé col utérin, communique avec le vagin. La paroi vaginale a une fine épaisseur cependant elle est solide et très extensible permettant ainsi le passage du bébé lors de l'accouchement, il reçoit aussi les spermatozoïdes du partenaire sexuel et au moment de l'orgasme. La paroi du vagin est bien moins épaisse que celle de l'utérus (3 à 4 mm en moyenne), mais les muscles qui encerclent son tiers inférieur peuvent se contracter de façon brusque et irrégulière ou se distendre suffisamment pendant le coït et l'accouchement.

Le vagin

constitue la partie terminale du système reproducteur de la femme. C’est un canal qui s'étend entre le col de l'utérus et les organes génitaux externes, se terminant dans le vestibule du vagin. Une fine membrane, appelée hymen, ferme le vagin de la naissance et jusqu'aux premiers rapports sexuels ou la pratique d'un exercice physique vigoureux. Sur la face externe, deux replis cutanés très fins de peau, les petites lèvres délimite le vestibule, qui contient l'orifice vaginal et l'ouverture de l'urètre. (A savoir qu’à l’inverse de ce qu’on observe chez l'homme, les systèmes reproducteur et excréteur de la femme ont des ouvertures distinctes.). Au sommet de ses petites lèvres se trouve le clitoris, organe érectile de la femme, de la même manière que le gland du pénis d’un homme. Les petites lèvres sont des muqueuses qui se gonflent au cours de l'excitation sexuelle et du coït comme le clitoris, elle représente l'un des points les plus sensibles à la stimulation sexuelle.

Bien qu’on ne les intègre pas dans le système reproducteur en tant que tel (figure 42.10), les glandes mammaires, ou seins, ont un rôle essentiel dans la reproduction chez les Mammifères femelles. Les glandes mammaires sont constituées d’un tissu épithélial tubulo-alvéolaire et d’un stroma avec des tissus annexes. Une glande mammaire comprend une structure épithéliale en grappe organisée en alvéoles, assemblées en lobules, eux-mêmes combinés en lobes. Pendant la période de lactation, les glandes mammaires sécrète du lait qui est déversé par des canaux séparés au niveau du mamelon. Chez un Mammifère qui n'allaite pas, la plus grande partie de la masse de la glande mammaire se compose de tissu adipeux. Les mâles ont aussi des seins car ils se développent embryologiquement à partir des mêmes tissus, cependant la quantité plus petite d'œstrogènes produits par les corticosurrénales (voir le chapitre 41) évite la formation des glandes alvéolaires et le dépôt de graisses, de sorte que les seins ne se développent pas et que le mamelon n'est pas relié aux conduits.

Même si le sexe de l'embryon est fixé dès la fécondation, la première ébauche de gonade n'apparaît, dans l'espèce humaine, qu'à la cinquième semaine de développement. Il s'agit d'une crête génitale, les organes génitaux externes se développent à partir des crêtes gonadiques, des structures embryonnaires non différenciées issues du mésoderme et communes aux deux sexes (figure 42.11). Les chromosomes sexuels déterminent les quantités d'hormones mâles et femelles présentes dans l'embryon, à partir de la septième semaine de développement, chez les embryons de sexe génétique masculin (XY), la gonade indifférenciée commence à se changer en testicule, alors que chez les embryons de sexe génétique féminin (XX), le changement ne débute qu’au bout de la huitième semaine et les ovaires ne sont distinguable qu' à la dixième semaine En présence d'androgènes, l'embryon sera de sexe masculin tandis que dans le cas inverse, l'embryon sera de sexe féminin.

seins glandes mammaires

tests psychotechniques


img
____________________________________________________________________________________________________________________________________________