Appareil respiratoire, respiration poumons thorax


Poumons
Respiration à tension.
Respiration
La respiration est un échange de gaz, on aspire de l'O2 et on rejette du dioxyde de carbone.
Le mouvement respiratoire se décompose en deux mouvements alternatifs :
- (a) L’inspiration qui permet de faire rentrer de l’air dans les poumons : Lors de l’inspiration l’air entre
dans les poumons via la cavité nasale puis la trachée, le diaphragme se resserre et s'abaisse tandis
que les muscles intercostaux se contractent. La pression de l'air dans les poumons devenant moins
importantes que la pression atmosphérique, l’air s’engouffre dans les poumons et ces derniers se
gonflent.
- (b) L’expiration qui permet de faire sortir l’air des poumons : Au moment de l’expiration les muscles
intercostaux et le diaphragme se décontractent, les poumons évacuent l’air et reprennent leur volume de
départ.

respiration


Ventilation des poumons, Ventilation pulmonaire
Pour les Vertébrés la ventilation pulmonaire se fait par la respiration, c’est l'action des poumons par
l'inspiration et l'expiration alternées de l'air. La ventilation permet une concentration maximale de dioxygène et
une concentration minimale de dioxyde de carbone dans les alvéoles.

Chez la Grenouille, sa respiration pulmonaire consiste à inspirer en poussant de l'air dans sa trachée. Elle abaisse
d'abord le plancher de sa bouche, agrandissant ainsi la cavité buccale et aspirant de l'air par ses narines ouvertes.

L’air rentre par ses narines et sa glotte s’abaisse, ce qui empêche l’air d’arriver aux poumons. Puis, elle ferme
ses narines et sa glotte s’ouvre, et l’air est envoyé dans les poumons. Une petite quantité de dioxygène est
également absorbée à travers la muqueuse de la bouche ventilée par le mouvement tremblotant de la gorge.

Contrairement aux Grenouilles, les Mammifères assurent la ventilation de leurs poumons par r espir ation à
tension, qui fonctionne sur le principe d'une pompe aspirante plutôt que d'une pompe foulante.
La respiration à tension se fait part le changement du volume de la cage thoracique qui occupe les poumons
(figure 38.23). La contraction des muscles intercostaux élève les côtes par rapport à leur position d’origine,
ce qui augmente le volume de la cage thoracique. Cette action exerce par l’intermédiaire de la plèvre,
l’augmentation du volume des poumons, qui se remplissent d’air. Quand le diaphragme se relâche, les poumons
en font autant et l’air est expulsé.
La ventilation pulmonaire est donc un phénomène respiratoire alternant deux phases, l’inspiration qui
correspond à l’entrer d’air dans les poumons et l’expiration qui correspond au rejet de l’air.

Article explicatif des plus intéréssant :
appareil respiratoireBiologie
de Campbell


Disponibilité: généralement expédié sous 1 à 2 jours ouvrés

D'occasion à partir de EUR 60,00


tests psychotechniques


img
____________________________________________________________________________________________________________________________________________