Autres sites

 
 

Rechercher

 

La réforme de la PACES chamboule les études de médecine




Thematique: enseignement
La réforme de la PACES chamboule les études de médecine

La Première Année Commune aux Études de Santé a été mise en place dans le but d'octroyer aux étudiants une période de réflexion sur la spécialisation à poursuivre. Cette première année de médecine est ainsi le socle commun pour les étudiants souhaitant poursuivre leurs études dans l'une des filières MMOPK. Ils pourront ainsi au terme de cette PACES, se présenter au concours de médecine en vue de continuer leurs études de médecine dans une de ces spécialités médicales : médecine, pharmacie, odontologie et maïeutique.

À partir de septembre 2020, la PACES est remplacée par le PASS et les modalités de passage en deuxième année évoluent.

Qu'est-ce que la PACES ?

Réforme mise en place en 2010 en vue d'améliorer les études de médecine, la Première année commune des études de santé regroupe 5 cursus distincts, la maïeutique, l'odontologie, la médecine et la pharmacologie. Accessible à partir d'un diplôme de baccalauréat, il s'agit d'un parcours obligatoire pour tous les universitaires désirant entamer les études permettant d'accéder aux professions de santé. Se déroulant au sein d'une unité de formation et de recherche (UFR), cette première année d'étude de médecine se termine par un concours avec une forte sélectivité.

La PACES a été mise en place dans l'optique de règlementer l'accès aux études de médecine. Le passage en 2ème année des étudiants repose en effet sur la réussite au concours réalisé au terme de la PACES.

La réforme de la PACES

Depuis l'année 2010, la PACES a connu de nombreuses réformes visant à rendre cette première année plus pertinente et avantageuse pour tous les étudiants. Après une éradication du PCEM en 2010, l'expérimentation des dispositifs AlterPACES et PlurisPACES dès 2014 et l'inauguration de PACESOne en 2018, ont déclinées les contours de la réforme de la PACES qui entrera en vigueur pour l'année 2020-2021.

Ce nouveau procédé a pour objectif principal de mettre fin au gâchis que représentait jusqu'ici la première année de médecine pour la majorité des élèves qui échouaient. Selon les Facultés de Médecine en effet, le taux de réussite au concours qui clôture la première année est estimée entre 10 et 30 % chaque année. Derrière ces statistiques effarantes, c'étaient des milliers d'étudiants méritants souhaitant accéder aux études de médecine qui perdaient une année d'étude, voire deux en cas de redoublement, et ce sans possibilité de réorientation. À titre d'exemple, pour l'année 2018, seulement 22,5 % des étudiants inscrits en première année de médecine ont été acceptés en 2ème année soit seulement 13 500 apprenants sur les 60 000 candidats.

Afin de rendre le processus plus efficace, la réforme de la PACES introduit un nouveau mode de fonctionnement de la première année de médecine et de nouvelles modalités d'accès en deuxième année de médecine.

Les changements rapportés suite à la récente réforme

Ainsi, une toute nouvelle organisation sera adoptée dès la rentrée 2020-2021 pour tous les étudiants en L1 de médecine. Les changements sont majeurs et il est essentiel de les connaitre en détail pour comprendre le procédé et mettre toutes les chances de son côté pour gagner sa place dans l'une des filières MMOPK.

Passage du numerus clausus au numerus apartus

En vigueur depuis 1971, le numerus clausus a pour objectif principal de limiter le nombre d'étudiants dans le cursus des études médicales afin de garantir la qualité des stages proposés.

En 2019, le numerus clausus fixait le nombre d'étudiants en filière médecine à 9314, à 1320 pour la filière odontologie, 1033 pour la filière maïeutique et 3621 pour la filière pharmacie, mais désormais le nombre de places disponibles en deuxième année de médecine sera défini au niveau de chaque université. La réforme de la PACES remplace en effet le numerus clausus par le numerus apartus qui sera défini au niveau local afin de s'adapter aux besoins de chaque région en médecin, pharmacien, sage femme, kinésithérapeute et dentiste. En outre, chaque Université de Médecine devra se référer à l'Agence Régionale de Santé pour connaitre les besoins spécifiques sur son territoire.

Le PASS remplace la PACES

La première année de médecine ne s'appelle donc plus PACES pour Première Année Commune aux Études de Santé mais PASS pour Parcours d'Accès Spécifique Santé.

La PASS permettra toujours d'accéder aux 5 filières Médecine, Maïeutique, Odontologie, Pharmacie et Kinésithérapie. Il sera également toujours accessible au niveau de toutes les universités disposant d'une faculté de médecine en son sein. Pour pouvoir intégrer le cursus, les futurs étudiants devront réaliser leurs inscriptions sur la plateforme d'admission dans l'enseignement supérieur Parcoursup.

L'autre changement majeur de cette nouvelle première année de médecine est la division du programme en « majeure » et « mineure ». Le tronc majeur est composé des cours qui seront directement en rapport avec la médecine. Ce dernier représentera 75 % du cursus. Le tronc mineur quant à lui sera composé de cours qui n'ont aucun lien spécifique avec les études médicales. Les étudiants en médecine pourront ainsi l'économie, le droit, les lettres, la communication et ainsi préparer leur reconversion en cas d'échec en fin de PASS.

Autre nouveauté, le concours de médecine de la PACES est remplacé par des partiels dans le PASS :

Une moyenne définie selon la décision des responsables au sein de chaque Faculté de Médecine sera une porte d'entrée automatique en deuxième année.

Une note de 10/20 lors des partiels permettra d'avoir 60 ECTS (European Credits Transfer System), le compte requis pour valider sa première année. L'obtention de ce crédit permettra d'avoir un accès au concours d'admission en 2ème année. Le test sera composé d'épreuves écrites et orales. Il ne sera ici plus question de QCM, mais d'une nouvelle façon d'évaluer les étudiants en médecine dans toutes leurs dimensions.

Le PASS s'inspire du dispositif PACES One où le redoublement est interdit. Les étudiants qui ne pourront pas accéder en deuxième année de médecine auront la possibilité de retenter leur chance une dernière fois via la Licence avec option Accès Santé correspondant à leur mineure en PASS.

Les LAS : la seconde option d'admission en deuxième année de médecine

Mais la véritable nouveauté c'est que le PASS ne sera plus l'unique voie d'accès aux études de santé puisqu'il sera maintenant possible d'accéder aux filières MMOPK via des licences à mineure santé, les LAS pour Licence avec option Accès Santé. Les Licence avec option Accès Santé sont des licences classiques composée de trois années d'études avec une majeure en Economie, Sociologie, Droit ou Communication par exemple et une option santé en mineure.

Quelque soit la voie choisie, l'accès aux études de santé sera toujours aussi difficile et même si les Prépas classiques sont déconseillées la majorité des étudiants passent par une Prépa Médecine Anticipée comme la Prépa Accès Santé de GRETA PREPAS+ ou la Prépa Médecine en ligne de Cours Thalès .


Partage de l article :

img
____________________________________________________________________________________________________________________________________________