Autres sites

 
 

Rechercher

 

Le tiers-payant : Tout comprendre pour bien anticiper son exercice en




Thematique: Administration
Le tiers-payant son fonctionnement

Actuellement étudiant(e) en cursus médical, paramédical ou secteurs annexes, vous avez peut-être l’envie ou la curiosité de vous intéresser au mode d’exercice libéral… Mode de travail très courant pour les dentistes et médecins, bon nombre d’infirmières, de kinés, de sages-femmes le pratiquent également. Il permet d’accéder à une certaine liberté dans son activité, car le professionnel est alors travailleur non salarié, qu’il soit indépendant ou en association avec un(e) confrère. Il faut cependant relativiser un peu cette liberté, car certaines contraintes (horaires, disponibilité, travail administratif) inhérentes au secteur médical restent présentes.
Comme toute activité indépendante, le libéral doit gérer ses comptes, sa trésorerie, et sa facturation, avec la particularité du système de santé français : L’Assurance Maladie et les complémentaires santé prennent en charge une grande partie des frais de santé des assujettis, soit sur le mode du tiers payant, soit en remboursant directement le patient qui en avait fait l’avance. Un système parfois assez complexe, qui doit être bien compris et maîtrisé par le libéral pour bien gérer son activité.

Le tiers-payant : Qu’est-ce que c’est ?

Chaque consultation ou acte de soin coûte de l’argent, notamment pour rémunérer le professionnel l’ayant pratiqué. Cette somme peut être prise en charge complètement ou partiellement par l’Asssurance Maladie. En cas de prise en charge partielle, le patient peut compléter son remboursement par une complémentaire santé (souvent appelée mutuelle, bien que toutes les complémentaires ne soient pas mutualistes). Selon ses garanties, il peut enfin rester au patient une partie à régler directement par lui-même, appelé « reste à charge ».

Le terme de tiers-payant peut décrire deux systèmes bien distincts :

  • Le tiers-payant sur la part de l’Assurance Maladie : En cas d’affection de longue durée ou de soins d’urgences (entre autres), les patients bénéficient du tiers payant sur l’intégralité des frais et la prestation de santé est réglée directement de l’Assurance Maladie au professionnel de santé.
  • Le tiers-payant sur la part complémentaire : Selon les garanties souscrites par le patient, la complémentaire santé peut appliquer un tiers-payant en réglant directement le professionnel de santé. Celui-ci intervient lorsque le régime de l’assuré ne prend pas en charge la totalité de la prestation, et vient compléter l’éventuel tiers-payant de l’Assurance Maladie.

Concernant le tiers-payant de l’Assurance Maladie, le système est aujourd’hui bien rôdé, notamment via les télétransmissions, et ne représente pas de grande difficulté pour le professionnel de santé libéral.

En revanche, le tiers-payant complémentaire implique une gestion plus complexe, car il faut échanger avec chacune des complémentaires des patients.

Bien gérer son tiers-payant

L’enjeu est alors d’utiliser un système efficace et simple à gérer. Ceci passe souvent par un logiciel de facturation fiable et adapté à l’activité, intégrant aussi parfois une dimension matérielle (lecteur de carte, scanners, lecteurs de code-barres, etc). Lors du choix du système informatique, il est important de bien comparer les fonctionnalités, de comprendre les modalités et durées d’engagement, et d’anticiper l’intégration du logiciel métier dans les autres systèmes et logiciels utilisés. Il faut également bien étudier les modalités d’assistance en cas de problème.

Mais l’utilisation d’un logiciel ne suffit malheureusement pas à régler tous les problèmes. En effet, le logiciel vous permettra d’automatiser la facturation et l’échange des données. Mais il arrive régulièrement que certaines complémentaires ne règlent pas les factures de tiers-payant aux professionnels, que ce soit à cause d’un problème technique, d’une erreur humaine ou d’une complexité administrative. Il revient dans ce cas au professionnel de suivre sa facturation avec attention, et en cas de problème de contacter chaque mutuelle pour obtenir le règlement des factures rejetées ou en retard. Une tâche qui peut s’avérer complexe et chronophage si le volume de facturation est important, mais qui peut limiter les pertes considérablement : Dans le cas d’une gestion de tiers-payant de pharmacie de taille moyenne, les problèmes de règlement des complémentaires peuvent représenter environ 40 000 € sur l’année.

Une solution : Externaliser la gestion du tiers-payant

Face à ce problème, il existe aujourd’hui la solution de confier la gestion de son tiers-payant à un prestataire spécialisé. Celui-ci peut intervenir sur différentes tâches, depuis l’installation du professionnel libéral jusqu’à son suivi d’activité régulier, en passant par des interventions plus ponctuelles. Généralement, le spécialiste tiers-payant prend en charge le référencement et conventionnement auprès des mutuelles, le suivi du tiers-payant, la récupération de factures impayées.
Ces prestations s’adressent à de nombreuses professions de santé : Médecins libéraux (généralistes ou spécialistes), pharmacies, centre de santé, kiné, dentistes, infirmières, sages-femmes… ou encore opticiens.

Si l’externalisation n’est pas obligatoire, elle représente pour autant un gain de temps non négligeable, qui permet au professionnel de se concentrer sur son travail auprès du patient plutôt que sur des tâches administratives. Ou tout simplement de profiter d’un repos bien mérité !

Pour l’externalisation de votre tiers payant, Conseil Tiers Payant est à votre écoute !

 

 


Partage de l article :