hypnose : son application en thérapie et en anesthésie


hypnose : son application en thérapie et en anesthésie. Thematique: Soins
hypnose thérapie anesthésie

Tout le monde connaît l’hypnose comme une méthode de suggestion appliquée à une personne en état de demi-somme. Cette définition quelque peu raccourcie de l’hypnose ramène aux débats et à la compréhension de cette technique qui se pratique de plus en plus en thérapie. Ainsi la profession d’hypnotherapeute-paris attire la clientèle plus ou moins avisée sur les possibilités de cette méthode de soins alternatifs. Afin de comprendre un peu mieux les raisons qui font que l’hypnose gagne ses lettres de noblesse en France, il est utile d’en dessiner les contours historiques. Ensuite il s’avère intéressant de se pencher sur les développements d’application contemporaine de l’hypnose en tant que thérapie. 

 

Les débuts de l’hypnose et les différentes méthodes

L’hypnose remonte à la nuit des temps, elle se rencontre dans diverses civilisations. Connue du public par l’aspect "spectacle" de l’hypnotiseur sur scène avec un spectateur "semi-endormi", l’hypnose est classée dans les amusements populaires. Néanmoins, au 18ème siècle, l’aspect expérimental et thérapeutique de l’hypnose est mis en évidence. Depuis cette époque, les scientifiques se sont intéressées à la technique d’hypnose, en l’associant tout d’abord au magnétisme minéral. Ce fut le cas de Franz Anton Mesmer (1734-1815) qui utilisait le magnétisme tout en fixant du regard le patient. Le concept se basait sur la circulation d’un fluide par apposition des mains tout en fixant le regard de la personne. D’autres thérapeutes maintiennent cette théorie jusqu’à ce que Jean-Martin Charcot (1825-1893), un neurologue, étudie l’état de transe sur les personnes hypnotisées. Ses soins aux personnes, hystériques pour la plupart, ont néanmoins instauré la confusion entre hypnose et hystérie, ce qui éloigna les personnes de cette thérapie.

 

Sigmund Freud (1856-1939) reprend les études de H. Bernheim (1840-1910) qui démontre entretemps que l’hypnose est praticable pour tout être humain et non uniquement les hystériques seuls ou autres névrophates. L’exploration des souvenirs qui remontent en surface est le principe thérapique de l’hypnose mis en exergue à ce moment.

 

Il existe concrètement différentes théories et méthodes d’hypnose. Dans les faits, l’hypnothérapeute utilise sa voix pour guider et orienter la personne placée en état de demi-sommeil vers l’objectif de la consultation : guérison des phobies, expression des frustrations, atténuation de la douleur…. L’hypnose ericksonienne, du nom de son développeur Milton Erickson (1901-1980) fait référence pour la plupart des hypnothérapeutes, en ce sens qu’elle laisse à la personne le choix final de la décision à prendre.

 

 

Quelques mots sur l’hypnose ericksonienne

Milton Erickson a considéré le patient comme détenant des facultés propres, ce qui fait de son approche une méthode participative : la personne hypnotisée est en phase de demi-sommeil, la voie de l’hypnothérapeute lui fournit des suggestions et non des directives (méthode d’hypnose classique). Il s’instaure une relation de liberté de choix chez la personne hypnotisée, l’hypnothérapeute place à son niveau des suggestions en parlant par métaphores, voire en questionnant pour que la personne fasse le tri et son propre choix (par exemple, voici plusieurs couleurs, laquelle préférez-vous ? Vous êtes à un croisement, quelle direction allez-vous prendre….). Ce faisant, la personne apporte elle-même la solution à la situation qui la préoccupe. L’exploration du subconscient dans un but thérapeutique permet de soulager les douleurs, de participer à changer et à améliorer énormément le quotidien des individus.

 

 

Recours à l’hypnose en thérapie et anesthésie

Il est bon de rappeler que l’utilisation de l’hypnose en anesthésie remonte à 1821 lors de l’ablation d’un sein. Toutefois, dès 1846, l’anesthésie à base de produits chimiques prenait place et envoyait l’hypnose dans une zone d’ombre.

 

Aujourd’hui, l’hypnothérapie s’instaure définitivement, au moyen de structures telles que les centres de formation privés, et la reconnaissance par les autorités comme une thérapie brève à l’instar de la sophrologie par exemple. L’hypnose appliquée en thérapie a fait ses preuves notamment dans les cas suivants :

  • Surpoids, boulimie : la pose d’un anneau gastrique virtuel a prouvé l’efficacité de l’hypnothérapie pour perdre du poids ;
  • Atténuation de la douleur : utilisée en chirurgie depuis quelques années, l’hypnose complète l’anesthésie qui devient locale ; l’anesthésiste parle au patient durant toute l’intervention afin de maintenir l’état hypnotique ;
  • Arrêt et sevrage du tabac : efficace dans 80%, l’hypnose pour arrêter le tabac a fait ses preuves. En cas de stress, l’hypnose apporte ses effets positifs chez l’ancien fumeur
  • Réduction des troubles psychologiques : les phobies, le stress, les névroses, l’anxiété, etc. sont traitées par l’hypnose, de même que les problèmes sexuels (l’impuissance, la frigidité), le trac, la mémorisation, etc.
  • Atténuation des troubles digestifs : diarrhées, ulcères ou autres colites résultant du stress sont réduits par l’hypnose
  • Les maladies psychosomatiques : la spasmophilie, l’asthme, les troubles de la voix, du chant, les maladies de l’épiderme (l’eczéma, le psiorasis), les rhinites à répétition…..

Les autres articles sur le meme theme: Soins

Saisir un article


img
____________________________________________________________________________________________________________________________________________