L'ulcère gastroduodénal


Thematique: Digestion
L'ulcère

Affection fréquente atteignant 25 à 30 % de la population, tout le monde développera un ulcère au cours de sa vie. Il est ici question de l'ulcère gastroduodénal. Le stress est le premier responsable après l'origine bactérienne de la maladie.

Description de l'ulcère

Longtemps considéré comme une affection chronique, l'ulcère gastroduodénal est décrit comme une perte de substance de la paroi gastrique ou duodénale. La perte de substance située dans l'estomac, préférentiellement dans la petite courbure, s'appelle « l'ulcère gastrique ». Celle située dans le duodénum, notamment dans le bulbe duodénal, est nommée « ulcère duodénal ».

L'acidité entraîne l'ulcère duodénal tandis que la baisse de la cytoprotection favorise le gastrique. 70 % de ce mal sont dominés par l'ulcère duodénal et il survient, la plupart du temps, entre 20 à 40 ans.

Le stress, le tabagisme et la prise des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens font partie des facteurs de risque de la maladie. Mais la cause la plus courante est la présence de l'hélicobacter pylori (campylobacter pylori dans l'appellation ancienne). L'évolution est chronique et peut s'accompagner de complications telles que l'hémorragie digestive, le cancer pour la forme gastrique et de sténose pour la forme duodénale.

Les symptômes

Les symptômes rencontrés le plus souvent sont : une brûlure dans la partie haute de l'abdomen et une douleur épigastrique. Cette souffrance est aggravée par la prise alimentaire pour être accentuée 1 à 3 heures après le repas, en cas d'ulcère gastrique. Elle sera soulagée par les aliments pour l'ulcère duodénal.

D'autres signes tels que la sensation d'être rapidement rassasié, des éructations et des ballonnements ou un dégoût alimentaire peuvent être présents. La maladie peut se manifester par des signes de complications :
   •    fatigue extrême ;
   •    nausées et vomissements ;
   •    hématémèse (présence de sang dans les vomissements) ou mélaena (présence de sang dans les selles noirâtres) ;
   •    amaigrissement.

Les remèdes
   •    Traitement médicamenteux : il peut durer 4 à 8 semaines, selon la localisation de l'affection.

Pour combattre l'acidité, on utilise les :
     −    Antihistaminiques H2 (cimétidine, famotidine, nizatidine et ranitidine).
     −    Inhibiteurs de la pompe à protons (l'oméprazole, le lansoprazole, le pantoprazole, le rabéprazole et l'ésoméprazole).
     −    Antiacides.

Les médicaments pour traiter l'infection sont une association de deux antibiotiques : l'amoxicilline ou clarithromycine et le métronidazole.
   •    Chirurgie : elle n'est indiquée qu'après échec de traitement médicamenteux ou en cas de complications comme une perforation ou une sténose.
   •    Hygiène de vie : elle est indispensable comme l'éviction du tabac et de l'alcool qui sont des facteurs endommageant la muqueuse. Si l'ulcère est causé par la prise d'anti-inflammatoire, l'arrêt du traitement associé à des antihistaminiques H2 suffira pour stopper le mal.


Partage de l article :