Les oreillons


Les oreillons. Thematique: Maladies infectieuses

Les oreillons ont provoqué des épidémies assez fréquentes avant que la vaccination adaptée ait été généralisée. Dans les pays à climats tempérés, elles étaient surtout situées à la fin de l’hiver et au printemps, sur un intervalle de 4 à 5 ans. Les endroits les plus touchés étaient les centres d’accueil collectif des jeunes enfants. Suite à l’établissement de la vaccination, les oreillons ont commencé à atteindre des catégories plus âgées.

Description des oreillons

Les oreillons sont les résultats d’une invasion de virus dans les glandes salivaires. Elles concernent surtout les enfants de 5 à 10 ans et personne ne peut être atteint plus d’une fois dans sa vie. L’infection peut aussi toucher le pancréas, les gonades, les glandes mammaires et le cerveau. Comme ils ne peuvent pas infecter les animaux, les oreillons peuvent être supprimés définitivement.
La transmission se fait par voie orale, par des gouttes de salive d’une personne malade ou des objets qu’elle a touchés et l’infection a un temps d’incubation d’une semaine. Elle n’est pas grave dans la plupart des cas, mais des complications peuvent survenir surtout pour des infections testiculaires et nerveuses.

La fin de l’hiver et le début du printemps sont les périodes où il faut beaucoup d’attention pour ne pas contracter la maladie.

Les symptômes

Dans la semaine qui suit l’invasion du virus, des signes peuvent apparaître : céphalée, douleurs des oreilles, température faiblement élevée, douleurs à la mastication et, éventuellement, angine. Il y a aussi la parotidite, c’est-à-dire l’inflammation de la glande salivaire, marquée par un léger gonflement douloureux de la joue.

L’inflammation touche souvent les glandes salivaires, mais peut s’étendre aux autres. C’est le cas de l’orchite qui est une irritation testiculaire, l’ovarite, la pancréatite, au niveau du pancréas, et la méningite dans le cerveau. Les deux premières inflammations peuvent entraîner la stérilité chez le malade, sans remèdes nécessaires.

Les remèdes

Les oreillons ne sont pas soumis à un traitement particulier. Des anti-fièvres comme l’aspirine et le paracétamol ainsi que des anti-inflammatoires peuvent suffire. La prise de ces médicaments sera plus efficace accompagnée d’un repos strict et une immobilisation des testicules pour les inflammations des gonades.

Pour réduire les risques de contagion, les enfants malades sont privés d’école pendant environ 15 jours et durant le traitement, la prise de jus de fruit est déconseillée. Le vaccin contre les oreillons, avec celui de la rougeole et la rubéole, est gratuit. Les deux premières injections doivent se faire à 15 mois et les deux autres entre 3 et 6 ans.


img
____________________________________________________________________________________________________________________________________________