Autres sites

 
 



Newsletter

Ameliorer de maniere naturel le syndrome du côlon irritable (SCI)




Thematique: Nutrition
trouble de l'intestin

Le syndrome du côlon irritable, également connu sous les noms de syndrome de l'intestin irritable, colopathie fonctionnelle, colite spasmodique, ou encore intestin nerveux, est un trouble digestif très fréquent, touchant entre 10 et 20 % de la population mondiale.
La maladie peut concerner tous les âges, toutefois, les personnes entre 25 et 45 ans sont les plus touchées, dont les deux tiers sont des femmes.
Une personne ayant de troubles de transit, des ballonnements et douleurs au ventre n'est pas forcément atteinte de colon irritable. Ainsi, les malaises doivent s'inscrire dans la durée, c'est-à-dire qu'elles apparaissent au moins un jour par semaine durant les 3 derniers mois.
Il convient de savoir que ce syndrome n'est pas dangereux dans le sens où il ne procure pas d'autres maladies. Les malaises peuvent fluctuer et avoir du temps de répit. C'est la raison pour laquelle le syndrome du côlon irritable est plutôt jugé comme un trouble fonctionnel qu'une maladie.
En revanche, la douleur, la diarrhée et la constipation entraînées par le syndrome peuvent être une source d'incommodités, impactant négativement sur les activités professionnelles et sociales des personnes qui en sont victimes et même les entraînant jusqu'à l'anxiété et la dépression.


Symptômes du SCI

Les trois principaux symptômes qui caractérisent le syndrome sont :
- Des douleurs abdominales telles que des spasmes ou des crampes apparaissent sur la fosse iliaque droite et/ou gauche ou bien sur la partie ombilicale.
- Des ballonnements associés à des bruits au sein du tube digestif sont ressentis, cela se soulage après la défécation ou l'émission de gaz.
- Des problèmes du transit se manifestent sous forme de constipation ou de diarrhées, voire l'alternance des deux.

Diagnostic du SCI

Le côlon qui est hypersensible ou fonctionne mal, entraîne des malaises comme les maux de ventre, la constipation ou les diarrhées. Ces malaises sont d'origine fonctionnelle et ne sont pas liés à une défaillance des organes. Ce qui fait que les malaises ne seront pas détectés par les différents tests comme les analyses du sang ou l'imagerie médicale (coloscopie, scanner, IRM, biopsie pour le cancer du colon) et encore d'autres.

Causes du SCI

Actuellement, malgré les nombreuses recherches effectuées, les chercheurs ne parviennent pas à identifier les causes du syndrome de côlon irritable.
Pourtant, deux hypothèses sont évoquées, soit l'intestin subit des contractions anormales et douloureuses, soit la personne qui en est victime présente plus de sensibilité aux mouvements du côlon et du rectum. Outre cela, des changements hormonaux peuvent en être la cause vu que les femmes atteintes de ces malaises sont beaucoup plus nombreuses que les hommes et que les troubles sont plus intenses pendant les menstruations.
De plus, certaines hypothèses montrent que le cas de syndrome apparaît après une infection gastro-intestinale ou aussi lors d'un déséquilibre de la flore intestinale.
Aussi, d'après certains chercheurs, le taux anormal de sérotonine dans le tube digestif peut entraîner le syndrome, c'est pourquoi certaines personnes qui en souffrent sont victimes d'anxiété et de dépression. A noter que la sérotonine a un impact sur l'humeur et les mouvements intestinaux.
Par ailleurs, le syndrome peut être relié à des sévices sexuels ou physiques vécus au moment de l'enfance.

Traitement du SCI

Malgré que les causes du syndrome du côlon irritable soient toujours mystérieuses, il est possible d'apaiser naturellement ses symptômes avec un régime alimentaire adéquat, des compléments alimentaires adaptés, à combiner avec une hygiène de vie saine, des exercices physiques réguliers ainsi que des stress bien gérés.
- Le régime alimentaire Pour gérer le SCI, des mesures hygiéno-diététiques méritent d'être respectées. Pour cela, il est important d'éviter ou de réduire la consommation des aliments riches en FODMAP.

FODMAP, c'est l'ensemble des initiaux :
F qui signifie Fermentescibles, c'est-à-dire les aliments qui sont rapidement fermentés par les bactéries du côlon.
O qui signifie Oligosaccharides
D qui signifie Disaccharides, ou les aliments contenant de lactose.
M qui signifie Monosaccharides, ou les aliments qui se composent de fructose en excès du glucose.
A = And (et)
P qui signifie Polyols, dont sorbitol, mannitol, xylitol et maltitol.


De façon concrète, quels sont les aliments susceptibles de favoriser le syndrome et donc à prendre avec prudence ?

La consommation des aliments qui contiennent des sucres fermentescibles doit être évitée ou prise en quantité bien modérée. Ce sont des glucides qui sont facilement fermentés par les bactéries du côlon et ce phénomène entraîne les symptômes de ballonnements, de
et de
au ventre.
Les produits laitiers tels que le lait et les yaourts ainsi qu'un certain nombre de fruits dont les poires, les pommes, les prunes, et de légumes particulièrement les choux, les poireaux, ail, oignon, et même le blé, sans oublier les édulcorants et confiseries.
Les plats industriels avec les différents additifs qu'ils se composent.
L'alcool, le café, le chocolat favorisent les contractions de l'intestin.
Les épices comme le poivre et le chilli doivent être remplacées par de fines herbes.

Quels sont les aliments à privilégier pour atténuer le syndrome ?

Les fibres solubles constituent l'allié précieux de l'intestin grâce à leur douceur. Cela comprend les céréales d'avoine, la farine d'avoine, l'orge et sa crème, etc.
La salade et les légumes crus pris en fin de repas.
De l'eau, à boire régulièrement tout au long de la journée.


Tout cela doit être associé à des habitudes de vie simples, notamment, la prise de repas à des heures fixes, la modération au niveau de la quantité des aliments, l'espace du temps entre le repas du soir et le coucher.

- Les compléments alimentaires
Ceux-ci permettent également de soulager naturellement les symptômes du syndrome du colon irritable.

Synergia, dotant d'une vingtaine d'années d'expériences dans la médecine nutritionnelle, fabrique des compléments alimentaires innovants visant une amélioration durable de la santé et du bien-être.
Ainsi, le laboratoire Synergia propose des compléments alimentaires bio pour soulager le syndrome du colon irritable :

L-glutamine : un acide aminé qui assure l'intégrité de la muqueuse de l'intestin.
Curcumine : un composant du curcuma qui contribue à la diminution de l'inflammation, accentue la sécrétion biliaire et booste la digestion.
Cannelle : disposant des vertus antispasmodiques.
Bromélaïne : une molécule dans l'ananas qui améliore la digestion, protège et restaure la muqueuse gastrique.
Glutaform, Maxi-Flore, Flex-Tonic, la valériane et aussi le cassis sont également parmi les compléments alimentaires élaborés par Synergie, conçus pour booster l'organisme, atténuer les malaises quotidiens et entretenir la santé de chacun.
Probiotiques : il s'agit des micro-organismes utiles qui s'installent naturellement dans la flore intestinale, toutefois, ils peuvent être consommés sous forme de compléments alimentaires. Selon certaines études récentes, réalisées au début des années 2000, ces molécules peuvent améliorer l'état des patients en général, la fréquence et l'intensité des douleurs abdominales ainsi que les ballonnements peuvent être atténués, le transit intestinal peut aussi être régularisé.

- Les exercices physiques
Les activités sportives régulières, à pratiquer de façon modérée font preuve d'efficacité pour apaiser les symptômes car elles permettent d'améliorer la motricité intestinale. Les sports à privilégier sont la marche, la natation, le yoga et encore bien d'autres.

- La gestion de stress
Pour gérer le stress, il est important d'adopter des techniques de relaxation, à faire de façon autonome ou en psychothérapie. D'après des études, la thérapie cognitvo-comportementale contribue à atténuer les symptômes du syndrome du côlon irritable.


Partage de l article :