Cellules souches embryonnaires


Cellules souches embryonnaires. Thematique:
Cellules souches embryonnairesLes cellules souches sont partout !

- Article complet

- Depuis quatre ans, de plus en plus de recherches montrent que l`irréversibilité génétique des cellules dites différenciées n`est plus aussi évidente qu`il n`y paraît. Un nouveau paradigme semble poindre à l`aube de ce nouveau siècle : la plasticité cellulaire, qui était allouée à quelques cellules embryonnaires ou à quelques cellules hématopoïétiques, semble gagner presque tous les types de cellules. De nombreuses perspectives thérapeutiques régénératrices voient le jour avec l`avènement des cellules souches, embryonnaires ou adultes, et l`on peut penser que dans un avenir assez proche (c`est déjà d`actualite avec les greffes de cellules souches hématopoïétiques), il sera possible de réparer n`importe quel tissu lésé. La biologie serait-elle en train de vivre une nouvelle révolution technologique, cinquante ans après la découverte de la double hélice d`ADN ?

Les conclusions de Maurice Tubiana, président de l`académie nationale de médecine, en clôture du colloque sur les cellules souches et la thérapie cellulaire qui s`est tenu sous l`égide conjointe des académies de médecine anglaise et française et sous celle de l`académie des sciences française, ont été que la prise de conscience des uns et des autres ne cesse de grandir sur les possibilités nouvelles qu`offrent chaque jour les recherches sur les potentialités des cellules souches embryonnaires et adultes.

On ne sait pas encore si les cellules souches (CS) qu`on observe se différencier dans les organes (foie, cerveau, moelle épinière notamment) proviennent des organes eux-mêmes (réservoirs), de la migration des CS provenant d`un autre endroit, ou bien encore si elles ne dérivent pas d`une trans-différenciation provoquée par une réversibilité génétique (théorie émise par Neil Theise, du New York University Medical Center).

Toujours est-il que des faisceaux d`observations et de preuves expérimentales provenant de nombreux groupes de recherches convergent vers ce qu`on appelle une plasticité cellulaire de nombreuses cellules (hématopoïétiques, hépatiques, neurales, etc...), c`est à dire la capacité à pouvoir de nouveau revenir à un état totipotent et pour, sous certaines conditions, se rédifférencier en d`autres types cellulaires.

La naissance de la brebis Dolly a mis en évidence que l`on était capable de reprogrammer le noyau d`une cellule adulte pour en faire un embryon capable de générer tous les types cellulaires. De même les CS adultes, qui pourraient constituer une alternative aux cellules souches embryonnaires (sujet très sensible en France), semblent être en mesure de fournir une réserve pour de nombreux types cellulaires (CS de muscle squelettique en cardiomyocytes, CS de cerveau en cellules hématopoïétiques, etc...).

Tous s`accordent à dire que de tels outils seront la source d`innovations thérapeutiques qui bouleverseront la médecine de demain : capacité de régénérer les neurones dans les maladies neurodégénératives ou bien les cellules cardiaques après un IDM, remplacement des cellules pancréatiques déficientes dans le diabète, et bien d`autres applications encore.

Tout s`accélère donc (et les politiques l`ont compris en demandant l`autorisation de l`importation de cellules souches embryonnaires, voir dépêche caducee) et les bio-industries ainsi que la recherche académique ont de nombreuses années de recherches et d`innovations nouvelles devant elles avec une nouvelle ère qui s`annonce, celle de la médecine régénératrice.

Source : Académie nationale de médecine, 27 mars 2002, Paris


img
____________________________________________________________________________________________________________________________________________