Hormone régulatrice du fer


Hormone régulatrice du fer. Thematique:
Hormone régulatrice du fer

Après 40 ans de recherche, l`hormone qui contrôle le fer dans l`organisme vient d`être découverte. France 04/04/2002

- Des chercheurs français du Centre national pour la recherche scientifique (CNRS) et de l`Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) ont trouvé l`hormone qui régule l`absorption de fer chez les mammifères. C`est ce qu`annoncent les Compte-rendus de l`Académie américaine des sciences (PNAS). Le fer est indispensable à l`organisme. Cet oligo-élément capte les atomes d`oxygène de l`air que nous inspirons et les transporte vers nos cellules grâce à l`hémoglobine contenue dans les globules rouges du sang. Car dans notre corps, les atomes de fer n`existent pas à l`état libre. Ils entrent dans la composition de certaines substances comme l`hémoglobine. C`est tout à fait par hasard que Sophie Vaulont et ses collègues, de l`Institut Cochin, à Paris, ont découvert l`hepcidine. « L`hepcidine est une hormone qui agit comme un frein sur l`absorption alimentaire du fer dans l`organisme », a expliqué la scientifique. L`hepcidine informe l`intestin sur l`état des réserves et des besoins en fer.

Au départ, Sophie Vaulont travaillait sur l`absorption du sucre chez les souris. Elle avait créé des souris mutantes, dépourvues d`un gène impliqué dans le métabolisme du glucose. « Le fait d`avoir cassé ce gène a perturbé le gène situé juste derrière sur la molécule d`ADN. Ce second gène code pour l`hepcidine », a précisé la scientifique. « Les souris présentaient un foie et un pancréas anormalement marron foncé, signe que leur organisme souffrait d`une surcharge en fer », a-t-elle ajouté. Car trop de fer est toxique pour nos cellules. Cela favorise l`apparition de radicaux libres qui détruisent le foie, le coeur et le pancréas, comme dans l`hématochromatose, maladie génétique caractérisée par une hyperabsorption digestive de fer.

D`un autre côté, les déficits en fer provoquent des anémies, marquées par une oxygénation insuffisante des tissus. Selon le professeur Kahn, l`hepcidine est au fer ce que l`insuline est au glucose, qui garantit le maintien d`un taux normal de sucre dans le sang. Sophie Vaulont estime que cette découverte devrait permettre de fabriquer des molécules médicaments pour améliorer l`absorption du fer dans l`organisme et soigner les malades qui souffrent d`une insuffisance ou d`un excès en fer. Les anomalies de teneur en fer, déficits ou surcharges, telles les anémies, l`hémochromatose, les rhumatismes inflammatoires et les cancers, ne bénéficient à l`heure actuelle que de traitements palliatifs. Catégorie(s) de cet article : Médecine et santé Aurélie Deléglise CyberSciences


img
____________________________________________________________________________________________________________________________________________